Un crapaud pour Mustapha, Anne-Flore Carpin

Dessin stylisé du crapaud, réal. AF Carpin

La bobine INA numérotée PHD86071264, contenait plusieurs pistes radiophoniques dont l’interview du dessinateur et animateur, Mustapha Alassane, lauréat du prix du meilleur dessin animé, pour La Mort du Ganji. L’échange ne dure guère plus de cinq minutes mais il révèle les techniques de réalisation du dessin animé et les intentions de son auteur. L’enregistrement est surtout très précieux puisqu’il cristallise un moment marquant dans l’histoire du Film d’animation Africain et un souvenir posthume de l’artiste, décédé en 2015.

Ce petit film s’inspire directement de l’œuvre de Mustapha Alassane et son fil d’Ariane est bien-sûr le crapaud.
Il se trouvait que parmi les croquis et travaux plastiques entamés, il y en avait d’un crapaud que j’avais l’intention d’animer tôt ou tard… L’occasion s’est présentée à l’instant même où j’ai visionné La Mort du Ganji. En m’attelant enfin à ce projet d’animation, j’accélérai l’apprentissage des outils de production ainsi que la technique du dessin animé. De la prise en main naïve, guidée par de nombreux tutoriels, je suis parvenue à mettre en œuvre une petite animation afin de présenter un artiste et ma « rencontre » avec lui.
Du travail de visionnage de l’œuvre de l’artiste, renseignée par des documentaires et écrits, il s’est produit comme une communication. Il me semblait parfois que mon crapaud répondait aux personnages de Mustapha Alassane… Ce n’est pas de la folie je crois, c’est plutôt le principe de création, c’est faire que quelque chose prenne forme, vie.

Anne-Flore Carpin

Voir : Un crapaud pour Mustapha

Lire : Note d’intention


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.