Le volet cinéma du 1er festival

Timité Bassori, Sur la dune de la solitude, court métrage, 18′, fiction, n&b, 1966. Film projeté le 18 avril 1966 à 21h au cinéma Palace de Dakar © Timité Bassori.

Le dépouillement des quotidiens Dakar-Matin publiés pendant la période du Festival, a permis d’en reconstituer la programmation quotidienne officielle : spectacles et projections de films. Le volet cinéma du Festival – longtemps un angle mort de sa programmation – est désormais renseigné : plus de 90 films projetés, sélectionnés et/ou primés ont ainsi été recensés.

> La documentation de ces films et l’identification des copies est en cours et va se poursuivre pendant toute la durée du projet. Leur liste sera publiée d’ici peu sur ce carnet.

Une restitution des premières recherches menées sur le volet cinéma du Festival a donné lieu à une journée d’étude, Les archives cinématographiques, et un cycle de projections, Regards sur la sélection de Dakar 1966, dans le cadre de l’événement Replay ! Dakar 1966.

Cartographie et documentation des films : Élodie Saget (responsable des fonds audiovisuels et sonores du Mqb, et comité cinéma FMAN)

Ce volet cinéma du Festival a notamment été préparé par un colloque organisé par la Commission interafricaine du Cinéma de la Société africaine de culture et de l’Unesco, du 21 au 30 janvier 1965 à Gênes (Italie), intitulé “La Culture négro-africaine et ses expressions cinématographiques (Afrique-Amérique du Sud-Amérique du Nord)”. Ces rencontres de Gênes se sont tenues au Colombianum (Institut culturel international) dans le cadre du Festival “Tiers Monde et Communauté Mondiale”.

Une table ronde de deux jours portait sur “La nature et les caractéristiques de la culture négro-africaine : ses transformations américaines et la nouvelle prise de conscience dans sa diversité”. Complétée par un Forum animé par Alioune Diop. Puis suivie du colloque sur le cinéma. En clôture, s’est tenu un gala du cinéma africain puis un récital de chants, danses et poèmes sur le thème “Retour au pays natal” par Lydia Ewandé. Au cours du gala furent projetés les cinq films suivants : Ghana (documentaire), La Bague du Roi Koda (Moustapha Alassane), Grand Magal à Touba (Blaise Senghor), La lutte sénégalaise (Paulin Soumanou Vieyra), Borom Sarret (Ousmane Sembène).

On note, dès cet événement préparatoire, la forte implication de l’Italie qui se poursuivra durant le Festival de 1966 avec le comité italien qui prendra en charge l’organisation de la présélection des films et la remise des prix.

Pour en savoir plus : Iwiyé Kala-Lobé, “Alioune Diop et le cinéma africain”, Présence africaine, 1983, n.125, p. 329-350.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.