Tous les articles par Diane Turquety

Le volet cinéma du 1er festival

Timité Bassori, Sur la dune de la solitude, court métrage, 18′, fiction, n&b, 1966. Film projeté le 18 avril 1966 à 21h au cinéma Palace de Dakar © Timité Bassori.

Le dépouillement des quotidiens Dakar-Matin publiés pendant la période du Festival, a permis d’en reconstituer la programmation quotidienne officielle : spectacles et projections de films. Le volet cinéma du Festival – longtemps un angle mort de sa programmation – est désormais renseigné : plus de 90 films projetés, sélectionnés et/ou primés ont ainsi été recensés.

> La documentation de ces films et l’identification des copies est en cours et va se poursuivre pendant toute la durée du projet. Leur liste sera publiée d’ici peu sur ce carnet.

Une restitution des premières recherches menées sur le volet cinéma du Festival a donné lieu à une journée d’étude, Les archives cinématographiques, et un cycle de projections, Regards sur la sélection de Dakar 1966, dans le cadre de l’événement Replay ! Dakar 1966.

Cartographie et documentation des films : Élodie Saget (responsable des fonds audiovisuels et sonores du Mqb, et comité cinéma FMAN)

Ce volet cinéma du Festival a notamment été préparé par un colloque organisé par la Commission interafricaine du Cinéma de la Société africaine de culture et de l’Unesco, du 21 au 30 janvier 1965 à Gênes (Italie), intitulé “La Culture négro-africaine et ses expressions cinématographiques (Afrique-Amérique du Sud-Amérique du Nord)”. Ces rencontres de Gênes se sont tenues au Colombianum (Institut culturel international) dans le cadre du Festival “Tiers Monde et Communauté Mondiale”.

Une table ronde de deux jours portait sur “La nature et les caractéristiques de la culture négro-africaine : ses transformations américaines et la nouvelle prise de conscience dans sa diversité”. Complétée par un Forum animé par Alioune Diop. Puis suivie du colloque sur le cinéma. En clôture, s’est tenu un gala du cinéma africain puis un récital de chants, danses et poèmes sur le thème “Retour au pays natal” par Lydia Ewandé. Au cours du gala furent projetés les cinq films suivants : Ghana (documentaire), La Bague du Roi Koda (Moustapha Alassane), Grand Magal à Touba (Blaise Senghor), La lutte sénégalaise (Paulin Soumanou Vieyra), Borom Sarret (Ousmane Sembène).

On note, dès cet événement préparatoire, la forte implication de l’Italie qui se poursuivra durant le Festival de 1966 avec le comité italien qui prendra en charge l’organisation de la présélection des films et la remise des prix.

Pour en savoir plus : Iwiyé Kala-Lobé, “Alioune Diop et le cinéma africain”, Présence africaine, 1983, n.125, p. 329-350.

Sources. Matériaux & Terrains en études africaines

Sources est née du constat d’une tendance des revues universitaires à valoriser les avancées théoriques et épistémologiques au détriment des matériaux analysés. La revue souhaite opérer un double mouvement. En premier lieu, placer au cœur de chaque article publié les matériaux à partir desquels les chercheur·e·s produisent leurs réflexions et y donner directement accès. En second lieu, proposer des analyses sur les contextes de production de ces matériaux et sur leurs usages.

Sources se donne donc une mission particulièrement originale et actuellement inexistante dans le champ académique sur l’Afrique : rendre accessibles les textes, images, sons, entretiens, notes de terrain et tout type de documents, au sens large, qui deviennent des données placées au fondement des élaborations théoriques des chercheur·e·s, et constituent ainsi des archives de la recherche de terrain.

Ce projet contient aussi une dimension politique. Les difficultés d’accès aux sources en Afrique, notamment textuelles, cartographiques et démographiques, sont manifestes et bien connues, sans compter les enjeux de conservation. Le besoin de rendre davantage visibles, accessibles et disponibles à très long terme ces sources pour le continent paraît impératif dans l’objectif de réduire les asymétries dans l’accès au savoir”.

–> Consulter les numéros en ligne : sources-journal.org

Le 1er festival dans les archives de l’Unesco

Rythmes et Images. Impressions du Premier Festival mondial des arts nègres, Virgil Calotescu et C. Ionescu-Tonciu, 20 min, Rumanian National Commission for UNESCO, version anglaise [Meeting In Dakar], 1966 © UNESCO

Sollicitée dès 1960 par Alioune Diop, secrétaire général de la Société africaine de culture (SAC), l’Unesco a été très fortement impliquée dans l’organisation du Festival. Le colloque “Fonction et signification de l’art négro-africain dans la vie du peuple et pour le peuple” s’est tenu sous son patronage. Jean Gabus et Engelbert Mveng ont été mandatés par l’Unesco auprès du comité africain pour la préparation du colloque et de l’exposition “L’Art nègre”.

Les dossiers internes de l’Unesco relatifs au Festival et plus largement aux relations avec le Sénégal (3 boîtes) permettent de retracer à partir des rapports et correspondances l’implication de l’Unesco auprès de la SAC, le gouvernement du Sénégal, l’Association du Festival et ses comités d’organisation. Ils constituent un complément précieux au fonds Jean Gabus conservé au musée d’ethnographie de Neuchâtel.

Les archives sont consultables sur place sur rendez-vous. Certains de ces documents – rapports de mission notamment – sont numérisés et consultables en ligne (voir le détail). Un court film documentaire produit par la Rumanian National Commission for Unesco est également disponible ici.