Archives de catégorie : Réactivation d’archives

Reconstitution visuelle de peintures depuis des archives sonores, Maëlys Soulat

Interprétation personnelle de l’œuvre La maternité de l’artiste Guy-Léon Fylla

Le projet proposé est né de l’archive répertoriée sous le titre « Guy-Léon FYLLA : le Congo-Brazzaville au festival mondial des arts nègres, Dakar 1966« . Dans cet enregistrement audio, certaines peintures de l’artiste Guy-Léon Fylla y sont décrites de manière suffisamment précise pour que l’on soit en mesure de les imaginer. Face à la frustration de ne pouvoir accéder aux tableaux eux-mêmes, un projet de reconstitution visuelle à partir de cette archive est né.

Maëlys Soulat

Voir : Reconstitution visuelle de peintures depuis des archives sonores

Réflexions autour de Chaka, Willéna Kanor et Svetlana Kuleshova

A l’occasion de ce workshop dédié à la réactivation d’archives autour du Festival Mondial des Arts Nègres de 1966, nous avons découvert une adaptation de la pièce de théâtre « La mort de Chaka » de Seydou Badian Kouyaté. Nous avons jugé intéressant de travailler autour de de ce personnage et d’étudier l’engouement qu’il a suscité. La pièce a été bien reçue par le public et démontrait la volonté de briser cette image du congolais rebelle, cannibale, et d’individu qui passe son temps à tuer et à ne donner aucun intérêt à la culture. Le fait que ce personnage aussi complexe soit présenté pour le festival devient une question intéressante et intrigante car elle est double. Il y a à la fois le besoin de montrer cette image du congolais cultivé mais aussi celui de montrer une version plus humaine de Chaka, le roi zoulou.
A partir de cette idée de changement, de transformation de ce conte-histoire, nous avons donc entrepris de retracer le parcours de ce personnage historique.

Willéna Kanor & Svetlana Kuleshova

Lire : Réflexions autour de l’utilisation ou de la réutilisation d’un personnage de la culture africaine : Chaka, un roi zoulou

Un crapaud pour Mustapha, Anne-Flore Carpin

Dessin stylisé du crapaud, réal. AF Carpin

La bobine INA numérotée PHD86071264, contenait plusieurs pistes radiophoniques dont l’interview du dessinateur et animateur, Mustapha Alassane, lauréat du prix du meilleur dessin animé, pour La Mort du Ganji. L’échange ne dure guère plus de cinq minutes mais il révèle les techniques de réalisation du dessin animé et les intentions de son auteur. L’enregistrement est surtout très précieux puisqu’il cristallise un moment marquant dans l’histoire du Film d’animation Africain et un souvenir posthume de l’artiste, décédé en 2015.

Ce petit film s’inspire directement de l’œuvre de Mustapha Alassane et son fil d’Ariane est bien-sûr le crapaud.
Il se trouvait que parmi les croquis et travaux plastiques entamés, il y en avait d’un crapaud que j’avais l’intention d’animer tôt ou tard… L’occasion s’est présentée à l’instant même où j’ai visionné La Mort du Ganji. En m’attelant enfin à ce projet d’animation, j’accélérai l’apprentissage des outils de production ainsi que la technique du dessin animé. De la prise en main naïve, guidée par de nombreux tutoriels, je suis parvenue à mettre en œuvre une petite animation afin de présenter un artiste et ma « rencontre » avec lui.
Du travail de visionnage de l’œuvre de l’artiste, renseignée par des documentaires et écrits, il s’est produit comme une communication. Il me semblait parfois que mon crapaud répondait aux personnages de Mustapha Alassane… Ce n’est pas de la folie je crois, c’est plutôt le principe de création, c’est faire que quelque chose prenne forme, vie.

Anne-Flore Carpin

Voir : Un crapaud pour Mustapha

Lire : Note d’intention