La notion d’espace dans le nouveau théâtre africain, Margaux Hopkins et Robin Pintel

Aperçu du storyboard

Dans le cadre du stage intensif auquel nous avons participé en collaboration avec le Musée du Quai Branly et l’INA, nous avons analysé un enregistrement sonore. Plus précisément, celui-ci était un enregistrement d’une table ronde de 1966 concernant l’émergence du théâtre africain d’alors (au moment du Festival Mondial des Arts Nègres), ainsi que son avenir, et réunissant ainsi Aimé Césaire, Jean-Marie Serreau et Roger Kahane, sous la houlette du journaliste Michel Leca.

Cet enregistrement de près d’une demi heure nous a particulièrement intéressé, pour ne pas dire fasciné. Nous l’avons écouté à de nombreuses reprises, tout en prenant des notes, avant de convenir très vite de l’importance qu’y tenait, selon nous, la notion d’espace dans les différents échanges. Nous nous sommes donc saisis de cette notion, et des différents éléments proposés dans la bande sonore, afin d’élaborer une réflexion construite sur différents aspects de l’espace dans le théâtre africain mis en avant par les protagonistes du débat.

Dans la mesure où nous sommes issus de deux différents cursus, nous avons convenu de nous partager deux rôles distincts (sans pour autant nous exclure du travail de l’autre) dans la construction de notre réflexion. Ces deux rôles ont consisté, d’une part, dans l’élaboration théorique de notre réflexion, et d’autre part, dans la conception et la justification d’un visuel schématique visant à représenter la manière dont pouvait, et peut encore, se structurer des représentations théâtrales de rue, en plein air, en Afrique de l’Ouest. Nous avons cherché ensemble à comprendre l’importance de l’espace dans le théâtre africain, tout en cherchant d’éventuels échos présents aux éléments exposés en 1966.

Voir : La notion d’espace dans le nouveau théâtre africain

L’image manquante : une histoire du cinéma sénégalais à Dakar

LI BËT MËNUL WOON GIS
Du 5 juin au 4 juillet 2021

Exposition rétrospective sur l’histoire du cinéma sénégalais, à travers les images inédites retrouvées au service des Archives audiovisuelles et de l’information du ministère de la Culture et de la Communication.
Cette initiative fait partie des activités parallèles du projet global de récupération et de restauration de la Cinémathèque nationale sénégalaise, mis en place par la Direction de la Cinématographie sénégalaise avec l’Association culturelle Atelier MamiWata (partenaires du projet FMAN).
L’exposition des photographies est accompagnée de la vidéo expérimentale Latent Frames.

Vues d’exposition

Directeur de la Cinématographie Germain COLY
Commissaires de l’exposition Tiziana MANFREDI, Marco LENA, Olivia MARSAUD
Chargée de production Ndèye Mané TOURE
Chef du bureau du patrimoine cinématographique DCI : Ndiaga THIOMBANE
Assistante Lucile ABEL

« You should see my dreams », Zhenni Li et Juliette Lamarche

Duke Ellington et son orchestre au festival mondial des arts nègres, Dakar 1966, Stadium.

Des voix et des sons encapsulés dans un écrin à souvenirs, une archive. Cet écrin fût rangé à la référence PHD86071237, intitulée « Duke Ellington : ses impressions sur le festival », propriété de l’INA.

Traversées par nos domaines de recherche respectifs, nous avons vu des images se dessiner sous nos yeux à l’écoute de cette archive. Ensemble, nous avons eu le désir de donner à voir ces images, avec l’humble envie qu’elles puissent à leur tour nourrir d’autres imaginaires. Nous nous sommes alors emparées du propre langage de l’archive, les sons qu’elle contient, pour créer une courte séquence sonore qui invite l’auditeur à revivre un instant du Festival Mondial des Arts Nègres, le 10 avril 1966, auprès de Duke Ellington s’entretenant avec des journalistes au lendemain de sa performance au Stade de l’Amitié, Dakar.

Au-delà de la précieuse immersion auditive dans des réflexions sur ce qu’est le jazz pour Duke Ellington et sur la première édition du festival, ce montage sonore veut traduire dans sa structure une trame de ce que peut représenter le travail d’archivage. D’abord, on peut se laisser impressionner par des voix qui se démultiplient, des informations qui se superposent mais ne s’assemblent pas, se confondent. Puis, des phrases plus compréhensibles se détachent du reste, on reconnaît des voix, on se laisse porter par des respirations et quelques rires. Un silence vient révéler l’intimité du moment, un silence rempli d’informations non verbales : des bruits de cassettes à enregistrer qu’on enclenche, des hésitations, des soupirs. Le discours s’installe, et se révèle. La patience de l’archiviste est récompensée par des trouvailles, ici des mots clés qui raisonnent, la pensée d’un grand musicien, et la répétition devient alors un support de travail. Comme des enfants, nous avons eu l’instinct de jouer avec le contenu de cette archive tout en respectant son propos afin d’en proposer une réactivation, un écho, un nouveau chemin.

Zhenni Li & Juliette Lamarche

Ecouter : « You should see my dreams »