« C’ERA UNA VOLTA IL ’66 » Le cinéma italien au ‘Premier Festival Mondial des Arts Nègres’

La présence et la collaboration technique italiennes ont été primordiales dans l’organisation du volet cinéma du festival de Dakar.

L’Association Atelier MamiWata (partenaire du projet Fman) propose une programmation de film italiens à l’Institut Culturel Italien de Dakar, jusqu’au 10 mars 2022. Cette programmation entre en résonnance avec le vaste projet en cours de sauvegarde et valorisation des archives audiovisuelles du Sénégal, que l’Association a engagé avec la Direction de la Cinématographie du Sénégal depuis 2019.

Parmi les films projetés dans le cadre de ce cycle : “Il festival di Dakar” de Sergio Borelli, pour la première fois présenté au Sénégal,  et “Alla scoperta dell’Africa” de Folco Quilici, lauréat de l’Antilope d’argent, Prix du meilleur documentaire, au festival de Dakar.

Cet événement est l’occasion de  (re)découvrir les relations entre le Sénégal et l’Italie à travers le 7ème art.

PROGRAMME

17 Février 2022 à 18h30 | IFAN, Musée Théodore Monod
“Il festival di Dakar” de Sergio Borelli
(Italie 1966, 50’ n/b, VO sous-titré en français)
En remerciant Direction RAI Teche

24 Février 2022 à 18h30 | Institut Culturel Italien de Dakar
“La scoperta dell’Africa” de Folco Quilici
(Italie 1966 – série documentaire : 2 épisodes “Gli anni del risorgimento”, “L’Africa scopre sé stessa”, n/b, VO sous-titré en français)
En remerciant Direction RAI Teche

3 Mars 2022 à 18h30 | Institut Culturel Italien de Dakar
“Noi insistiamo! Suite per la libertà subito” de Gianni Amico
(Italie 1964 – 16′ n/b, VO sous-titré en français)
“Appunti per un film sul jazz” de Gianni Amico
(Italia 1965 – 35′ n/b, VO sous-titré en français)
En collaboration avec la Cineteca di Bologna

10 Mars 2022 à 18h30 | Institut Culturel Italien de Dakar
“Miracolo a Milano” de Vittorio De Sica
(Italie 1951 – 100’ n/b, VO sous-titré en français)

Tigritudes – une anthologie du cinéma panafricain, jusqu’au 27 février

À travers 126 films, 40 pays et 66 ans d’histoire de cinéma, Tigritudes 1956-2021 dessine une anthologie subjective et chronologique panafricaine. Conçu par les réalisatrices Dyana Gaye et Valérie Osouf, en collaboration avec le Forum des images, ce cycle parcourt les enjeux et les formes d’une cinématographie encore largement méconnue.

En septembre 2021, les deux programmatrices étaient invitées à Replay ! Dakar 66 pour présenter le cycle à venir.

Forum des images, Paris. Du 12 janvier au 27 février.

Le programme ici

Pour accompagner cette anthologie, à retrouver ici l’ensemble des articles relatifs à l’histoire du cinéma africain publiés dans Présence africaine.

Le volet cinéma du 1er festival

Timité Bassori, Sur la dune de la solitude, court métrage, 18′, fiction, n&b, 1966. Film projeté le 18 avril 1966 à 21h au cinéma Palace de Dakar © Timité Bassori.

Le dépouillement des quotidiens Dakar-Matin publiés pendant la période du Festival, a permis d’en reconstituer la programmation quotidienne officielle : spectacles et projections de films. Le volet cinéma du Festival – longtemps un angle mort de sa programmation – est désormais renseigné : plus de 90 films projetés, sélectionnés et/ou primés ont ainsi été recensés.

> La documentation de ces films et l’identification des copies est en cours et va se poursuivre pendant toute la durée du projet. Leur liste sera publiée d’ici peu sur ce carnet.

Une restitution des premières recherches menées sur le volet cinéma du Festival a donné lieu à une journée d’étude, Les archives cinématographiques, et un cycle de projections, Regards sur la sélection de Dakar 1966, dans le cadre de l’événement Replay ! Dakar 1966.

Cartographie et documentation des films : Élodie Saget (responsable des fonds audiovisuels et sonores du Mqb, et comité cinéma FMAN)

Ce volet cinéma du Festival a notamment été préparé par un colloque organisé par la Commission interafricaine du Cinéma de la Société africaine de culture et de l’Unesco, du 21 au 30 janvier 1965 à Gênes (Italie), intitulé “La Culture négro-africaine et ses expressions cinématographiques (Afrique-Amérique du Sud-Amérique du Nord)”. Ces rencontres de Gênes se sont tenues au Colombianum (Institut culturel international) dans le cadre du Festival “Tiers Monde et Communauté Mondiale”.

Une table ronde de deux jours portait sur “La nature et les caractéristiques de la culture négro-africaine : ses transformations américaines et la nouvelle prise de conscience dans sa diversité”. Complétée par un Forum animé par Alioune Diop. Puis suivie du colloque sur le cinéma. En clôture, s’est tenu un gala du cinéma africain puis un récital de chants, danses et poèmes sur le thème “Retour au pays natal” par Lydia Ewandé. Au cours du gala furent projetés les cinq films suivants : Ghana (documentaire), La Bague du Roi Koda (Moustapha Alassane), Grand Magal à Touba (Blaise Senghor), La lutte sénégalaise (Paulin Soumanou Vieyra), Borom Sarret (Ousmane Sembène).

On note, dès cet événement préparatoire, la forte implication de l’Italie qui se poursuivra durant le Festival de 1966 avec le comité italien qui prendra en charge l’organisation de la présélection des films et la remise des prix.

Pour en savoir plus : Iwiyé Kala-Lobé, “Alioune Diop et le cinéma africain”, Présence africaine, 1983, n.125, p. 329-350.