Archives par mot-clé : Aimé Césaire

La notion d’espace dans le nouveau théâtre africain, Margaux Hopkins et Robin Pintel

Aperçu du storyboard

Dans le cadre du stage intensif auquel nous avons participé en collaboration avec le Musée du Quai Branly et l’INA, nous avons analysé un enregistrement sonore. Plus précisément, celui-ci était un enregistrement d’une table ronde de 1966 concernant l’émergence du théâtre africain d’alors (au moment du Festival Mondial des Arts Nègres), ainsi que son avenir, et réunissant ainsi Aimé Césaire, Jean-Marie Serreau et Roger Kahane, sous la houlette du journaliste Michel Leca.

Cet enregistrement de près d’une demi heure nous a particulièrement intéressé, pour ne pas dire fasciné. Nous l’avons écouté à de nombreuses reprises, tout en prenant des notes, avant de convenir très vite de l’importance qu’y tenait, selon nous, la notion d’espace dans les différents échanges. Nous nous sommes donc saisis de cette notion, et des différents éléments proposés dans la bande sonore, afin d’élaborer une réflexion construite sur différents aspects de l’espace dans le théâtre africain mis en avant par les protagonistes du débat.

Dans la mesure où nous sommes issus de deux différents cursus, nous avons convenu de nous partager deux rôles distincts (sans pour autant nous exclure du travail de l’autre) dans la construction de notre réflexion. Ces deux rôles ont consisté, d’une part, dans l’élaboration théorique de notre réflexion, et d’autre part, dans la conception et la justification d’un visuel schématique visant à représenter la manière dont pouvait, et peut encore, se structurer des représentations théâtrales de rue, en plein air, en Afrique de l’Ouest. Nous avons cherché ensemble à comprendre l’importance de l’espace dans le théâtre africain, tout en cherchant d’éventuels échos présents aux éléments exposés en 1966.

Voir : La notion d’espace dans le nouveau théâtre africain

Immersion au coeur de la négritude, David Demetrius et Angela Medina

Qu’est-ce donc une archive ? Quelle peut être sa portée, sa trace, son discours et donc son rôle, et pour finir sa destinée ? 

Voici quelques questions, parmi tant d’autres, auxquelles notre travail de réactualisation des archives du Festival mondial des arts nègres à Dakar en 1966 prend racine. Les deux archives utilisées ici correspondent à la conférence de presse de Léopold Sédar Senghor et le discours de fin de colloque d’Aimé Césaire. 

Archive pour mémoire(s)

Archive pour histoire(s) 

D’une histoire passée 

Mais non poussiéreuse – non silencée – non oubliée

Une histoire à volonté de réactualisation – de mise en lumière

Criante de survivre dans une mer de temps, dans une averse d’oubli. 

Des contradictions ressortent lors du colloque – un festival ayant pour ciment la Négritude et dont l’un des architectes de ce concept rejette ouvertement son utilisation en 1966. Rejet ? Rejeter ? [re]Jeter ? ce terme méritant attention réévaluation re-contextualisation re-historisation. Par cette déclaration, Césaire nous invite au voyage [dans l’histoire], à revivre ces moments d’intellectualisation et de fierté. Une errance nécessaire pour re-découvrir l’historique du concept.  

Quand cette idée est-elle née ? Pourquoi et pour qui a-t-elle été créée ?  

Le concept de Négritude a été aplati linéarisé

                                                                 ceci était vrai en 1966

                          ceci l’est toujours aujourd’hui.

Prétendre à une réactualisation d’archives, cela ne revient pas simplement à dépoussiérer son contenu, mais à l’intégrer à un tout, qui plus est, en lien avec des codes contemporains. Cette volonté de faire parler l’archive au plus grand nombre avec une volonté ludique, surtout quand celle-ci concerne des sujets aussi complexes que celui de la Négritude.     

L’inclusion avant tout ! 

Le but est de montrer l’importance des archives en tant que témoin d’un temps altéré mais non délavé. À regarder au travers d’une suite temporelle : un avant_un pendant (temps de l’archive)_un après. L’archive est à prendre dans un ensemble de facteurs pour pouvoir l’appréhender au mieux. De provoquer l’explosion du concept de Négritude. De sortir d’une vision simplifiée pour dé/re-construire toute sa complexité. Simplification rimant à donner accès à tous, pour tous sans perte _ni exclusion de données.  

Dans le langage du dessin spatial_technique, il existe un dessin appelé vue isométrique éclatée. Une méthode permettant de représenter visuellement des objets en trois dimensions. Un design en vue éclatée est une simple intention de faire une image_dessin_diagramme d’un objet de façon à montrer la relation ou l’ordre de construction des différentes parties. 

Si nous appliquons ce principe au projet d’exposition, nous pouvons montrer telle une dissection, l’anatomie des différentes composantes, qu’elles soient théoriques et/ou idéologiques, du concept de Négritude. Spatialiser de façon tridimensionnelle la notion. Et par ce principe, proposer un voyage intime

                                                interne

                                                intéressant.    

David Demetrius & Angela Medina

Voir : Immersion au coeur de la Négritude