Archives par mot-clé : archives

Sources. Matériaux & Terrains en études africaines

Sources est née du constat d’une tendance des revues universitaires à valoriser les avancées théoriques et épistémologiques au détriment des matériaux analysés. La revue souhaite opérer un double mouvement. En premier lieu, placer au cœur de chaque article publié les matériaux à partir desquels les chercheur·e·s produisent leurs réflexions et y donner directement accès. En second lieu, proposer des analyses sur les contextes de production de ces matériaux et sur leurs usages.

Sources se donne donc une mission particulièrement originale et actuellement inexistante dans le champ académique sur l’Afrique : rendre accessibles les textes, images, sons, entretiens, notes de terrain et tout type de documents, au sens large, qui deviennent des données placées au fondement des élaborations théoriques des chercheur·e·s, et constituent ainsi des archives de la recherche de terrain.

Ce projet contient aussi une dimension politique. Les difficultés d’accès aux sources en Afrique, notamment textuelles, cartographiques et démographiques, sont manifestes et bien connues, sans compter les enjeux de conservation. Le besoin de rendre davantage visibles, accessibles et disponibles à très long terme ces sources pour le continent paraît impératif dans l’objectif de réduire les asymétries dans l’accès au savoir”.

–> Consulter les numéros en ligne : sources-journal.org

Le 1er festival dans les archives de l’Unesco

Rythmes et Images. Impressions du Premier Festival mondial des arts nègres, Virgil Calotescu et C. Ionescu-Tonciu, 20 min, Rumanian National Commission for UNESCO, version anglaise [Meeting In Dakar], 1966 © UNESCO

Sollicitée dès 1960 par Alioune Diop, secrétaire général de la Société africaine de culture (SAC), l’Unesco a été très fortement impliquée dans l’organisation du Festival. Le colloque “Fonction et signification de l’art négro-africain dans la vie du peuple et pour le peuple” s’est tenu sous son patronage. Jean Gabus et Engelbert Mveng ont été mandatés par l’Unesco auprès du comité africain pour la préparation du colloque et de l’exposition “L’Art nègre”.

Les dossiers internes de l’Unesco relatifs au Festival et plus largement aux relations avec le Sénégal (3 boîtes) permettent de retracer à partir des rapports et correspondances l’implication de l’Unesco auprès de la SAC, le gouvernement du Sénégal, l’Association du Festival et ses comités d’organisation. Ils constituent un complément précieux au fonds Jean Gabus conservé au musée d’ethnographie de Neuchâtel.

Les archives sont consultables sur place sur rendez-vous. Certains de ces documents – rapports de mission notamment – sont numérisés et consultables en ligne (voir le détail). Un court film documentaire produit par la Rumanian National Commission for Unesco est également disponible ici.

Le 1er festival dans les fonds Jean Gabus et Maya Bracher, musée d’ethnographie de Neuchâtel

Au cours d’une mission menée au musée d’ethnographie de Neuchâtel dans le cadre de la première phase du projet FMAN, l’importance matérielle et scientifique de deux fonds de ce musée partenaire, a été évaluée. Ces fonds sont jusque-là peu connus de la communauté scientifique.

Jean Gabus fut directeur du musée de Neuchâtel, et, entre 1963 et 1966, conseiller mandaté par l’Unesco pour participer à l’organisation du Festival. Il a notamment assuré la fonction d’architecte-muséographe du musée dynamique, spécialement construit pour accueillir l’exposition d’art ancien, L’Art nègre. Sources, évolution, expansion, dont il a également conçu la scénographie. Jean Gabus a été très impliqué dans toute la préparation de l’exposition et le choix des pièces à présenter.

Le fonds Gabus est très important pour documenter l’histoire de la réalisation du musée dynamique et de l’exposition L’Art nègre.  Sources, évolution expansion. Ces archives révèlent aussi les conditions de collaboration entre Jean Gabus et les historiens de l’art également associés de façon plus ou moins durable à la préparation de l’exposition, tels Engelbert Mveng et Jean-Baptiste Obama.

> Ce fonds, déjà reconditionné et récolé, doit faire l’objet, au cours de la seconde phase du projet, d’un instrument de recherche qui pourra être publié sur le site des archives du musée de Neuchâtel et ensuite intégré au guide des sources du Festival.

Maya Bracher est une photographe franco-suisse. Elle a couvert le Festival pour l’Unesco. Son fonds photographique rassemble 800 images de la programmation officielle du Festival, des visites officielles et aussi de moments informels, à la marge des événements les plus balisés. Ce fonds constitue une ressource considérable et inédite pour documenter visuellement le Festival.

> Le fonds Maya Bracher est numérisé. Il conviendra, lors de la seconde phase du projet, de lui associer un instrument de recherche avec pour chaque photographie, l’identification des événements, personnes et lieux. Cet instrument pourra être mis en ligne sur le site des archives du musée de Neuchâtel et intégré au guide des sources du Festival.

Évaluation des fonds : Bernard Knodel (conservateur adjoint musée d’ethnographie de Neuchâtel), Sarah Frioux-Salgas (Mqb), Diane Turquety (chargée de recherche/archives et de coordination du projet FMAN, Labex)

Pour en savoir plus : Table ronde Pour un partage des archives : le 1er festival mondial des arts nègres, Dakar 1966

Cette table ronde vise à présenter les enjeux d’une cartographie et d’une mise à disposition de ces fonds tout en revenant sur le rôle du MEN dans l’organisation de ce Festival.