Archives par mot-clé : Sénégal

Le volet cinéma du 1er festival

Timité Bassori, Sur la dune de la solitude, court métrage, 18′, fiction, n&b, 1966. Film projeté le 18 avril 1966 à 21h au cinéma Palace de Dakar © Timité Bassori.

Le dépouillement des quotidiens Dakar-Matin publiés pendant la période du Festival, a permis d’en reconstituer la programmation quotidienne officielle : spectacles et projections de films. Le volet cinéma du Festival – longtemps un angle mort de sa programmation – est désormais renseigné : plus de 90 films projetés, sélectionnés et/ou primés ont ainsi été recensés.

> La documentation de ces films et l’identification des copies est en cours et va se poursuivre pendant toute la durée du projet. Leur liste sera publiée d’ici peu sur ce carnet.

Une restitution des premières recherches menées sur le volet cinéma du Festival a donné lieu à une journée d’étude, Les archives cinématographiques, et un cycle de projections, Regards sur la sélection de Dakar 1966, dans le cadre de l’événement Replay ! Dakar 1966.

Cartographie et documentation des films : Élodie Saget (responsable des fonds audiovisuels et sonores du Mqb, et comité cinéma FMAN)

Ce volet cinéma du Festival a notamment été préparé par un colloque organisé par la Commission interafricaine du Cinéma de la Société africaine de culture et de l’Unesco, du 21 au 30 janvier 1965 à Gênes (Italie), intitulé “La Culture négro-africaine et ses expressions cinématographiques (Afrique-Amérique du Sud-Amérique du Nord)”. Ces rencontres de Gênes se sont tenues au Colombianum (Institut culturel international) dans le cadre du Festival “Tiers Monde et Communauté Mondiale”.

Une table ronde de deux jours portait sur “La nature et les caractéristiques de la culture négro-africaine : ses transformations américaines et la nouvelle prise de conscience dans sa diversité”. Complétée par un Forum animé par Alioune Diop. Puis suivie du colloque sur le cinéma. En clôture, s’est tenu un gala du cinéma africain puis un récital de chants, danses et poèmes sur le thème “Retour au pays natal” par Lydia Ewandé. Au cours du gala furent projetés les cinq films suivants : Ghana (documentaire), La Bague du Roi Koda (Moustapha Alassane), Grand Magal à Touba (Blaise Senghor), La lutte sénégalaise (Paulin Soumanou Vieyra), Borom Sarret (Ousmane Sembène).

On note, dès cet événement préparatoire, la forte implication de l’Italie qui se poursuivra durant le Festival de 1966 avec le comité italien qui prendra en charge l’organisation de la présélection des films et la remise des prix.

Pour en savoir plus : Iwiyé Kala-Lobé, “Alioune Diop et le cinéma africain”, Présence africaine, 1983, n.125, p. 329-350.

L’image manquante : une histoire du cinéma sénégalais à Dakar

LI BËT MËNUL WOON GIS
Du 5 juin au 4 juillet 2021

Exposition rétrospective sur l’histoire du cinéma sénégalais, à travers les images inédites retrouvées au service des Archives audiovisuelles et de l’information du ministère de la Culture et de la Communication.
Cette initiative fait partie des activités parallèles du projet global de récupération et de restauration de la Cinémathèque nationale sénégalaise, mis en place par la Direction de la Cinématographie sénégalaise avec l’Association culturelle Atelier MamiWata (partenaires du projet FMAN).
L’exposition des photographies est accompagnée de la vidéo expérimentale Latent Frames.

Vues d’exposition

Directeur de la Cinématographie Germain COLY
Commissaires de l’exposition Tiziana MANFREDI, Marco LENA, Olivia MARSAUD
Chargée de production Ndèye Mané TOURE
Chef du bureau du patrimoine cinématographique DCI : Ndiaga THIOMBANE
Assistante Lucile ABEL

Projet documentaire autour de l’archive : Le premier Grand Prix du roman pour Ousmane Sembène, Safia Teldji et Héloïse Thiburce

Travaillant sur dans le cadre du projet FMAN sur l’archive Le premier Grand Prix du roman pour Sembène Ousmane, nous souhaitons réaliser un court métrage documentaire. Il reprendrait la structure chronologique de la bobine, composée de vingt-deux questions du journaliste Bernard Schoeffer posées au cinéaste Ousmane Sembène. 

Nous avons remarqué des anomalies dans l’enregistrement et l’absence de certains éléments de compréhension importants. Afin de donner des clefs de compréhension pour les auditeurs de cette archive, nous projetons de mêler à l’enregistrement sonore initial des interventions sonores et visuelles. Le but étant de se réapproprier la bobine en l’enrichissant de leurs recherches, tout en tentant de témoigner de la singularité intrinsèque de cette archive.  

Safia Teldji & Héloïse Thiburce

Voir : Projet documentaire autour de l’archive : le premier Grand Prix du roman pour Sembène Ousmane