Archives par mot-clé : théâtre

Réflexions autour de Chaka, Willéna Kanor et Svetlana Kuleshova

A l’occasion de ce workshop dédié à la réactivation d’archives autour du Festival Mondial des Arts Nègres de 1966, nous avons découvert une adaptation de la pièce de théâtre « La mort de Chaka » de Seydou Badian Kouyaté. Nous avons jugé intéressant de travailler autour de de ce personnage et d’étudier l’engouement qu’il a suscité. La pièce a été bien reçue par le public et démontrait la volonté de briser cette image du congolais rebelle, cannibale, et d’individu qui passe son temps à tuer et à ne donner aucun intérêt à la culture. Le fait que ce personnage aussi complexe soit présenté pour le festival devient une question intéressante et intrigante car elle est double. Il y a à la fois le besoin de montrer cette image du congolais cultivé mais aussi celui de montrer une version plus humaine de Chaka, le roi zoulou.
A partir de cette idée de changement, de transformation de ce conte-histoire, nous avons donc entrepris de retracer le parcours de ce personnage historique.

Willéna Kanor & Svetlana Kuleshova

Lire : Réflexions autour de l’utilisation ou de la réutilisation d’un personnage de la culture africaine : Chaka, un roi zoulou

La notion d’espace dans le nouveau théâtre africain, Margaux Hopkins et Robin Pintel

Aperçu du storyboard

Dans le cadre du stage intensif auquel nous avons participé en collaboration avec le Musée du Quai Branly et l’INA, nous avons analysé un enregistrement sonore. Plus précisément, celui-ci était un enregistrement d’une table ronde de 1966 concernant l’émergence du théâtre africain d’alors (au moment du Festival Mondial des Arts Nègres), ainsi que son avenir, et réunissant ainsi Aimé Césaire, Jean-Marie Serreau et Roger Kahane, sous la houlette du journaliste Michel Leca.

Cet enregistrement de près d’une demi heure nous a particulièrement intéressé, pour ne pas dire fasciné. Nous l’avons écouté à de nombreuses reprises, tout en prenant des notes, avant de convenir très vite de l’importance qu’y tenait, selon nous, la notion d’espace dans les différents échanges. Nous nous sommes donc saisis de cette notion, et des différents éléments proposés dans la bande sonore, afin d’élaborer une réflexion construite sur différents aspects de l’espace dans le théâtre africain mis en avant par les protagonistes du débat.

Dans la mesure où nous sommes issus de deux différents cursus, nous avons convenu de nous partager deux rôles distincts (sans pour autant nous exclure du travail de l’autre) dans la construction de notre réflexion. Ces deux rôles ont consisté, d’une part, dans l’élaboration théorique de notre réflexion, et d’autre part, dans la conception et la justification d’un visuel schématique visant à représenter la manière dont pouvait, et peut encore, se structurer des représentations théâtrales de rue, en plein air, en Afrique de l’Ouest. Nous avons cherché ensemble à comprendre l’importance de l’espace dans le théâtre africain, tout en cherchant d’éventuels échos présents aux éléments exposés en 1966.

Voir : La notion d’espace dans le nouveau théâtre africain